lundi 21 mai 2018

Le cri (Nicolas Beuglet)

















Je m'attendais à ce que tout se déroule dans l'hôpital psychiatrique où un patient pousse le fameux cri du titre avant de mourir mais non... l'intrigue nous entraîne ailleurs sur les traces d'expérimentations commanditées par la CIA durant la guerre froide. Il faut bien reconnaître que le récit, plein de rebondissements est assez addictif et que l'enjeu des fameuses expériences menées sur des espions russes cobayes intrigue jusqu'au bout, oui mais volià, une fois le bouquin refermé, il ne m'en restera pas grand chose, je crois...
Une lecture agréable sur le moment, mais pas plus !


dimanche 13 mai 2018

Sleeping beauties (Stephen et Owen King)

















Il faut se rendre à l'évidence, Stephen King n'est plus ce qu'il était !
A moins que ça ne tienne à l'écriture à quatre mains avec l'un de ses fils ?
En tout cas ces Sleeping beauties sont bien loin de m'avoir fait vibrer comme bon nombre des opus du King de la grande époque. Et pour être tout à fait franche, je m'y suis même ennuyée : c'est long (au sens propre : 820 pages quand même, un vrai pavé, comme au sens figuré) et la montée de la violence, telle une mécanique bien huilée et implacable, véritable marque de fabrique de l'auteur, ne fonctionne pas formidablement ici, il me semble. C'est flou, c'est fouillis, pas totalement abouti. Les personnages sont trop nombreux et peu attachants, les digressions pas toujours intéressantes, contrairement à d'habitude.
Le sujet, résolument féministe, surfe sur la vague on ne peut plus d'actualité du harcèlement sexuel et des mauvais traitements infligés aux femmes par les hommes et l'intention est on ne peut plus louable (les King père et fils défendent clairement la gent féminine) mais l'illustration est trop manichéenne, le traitement malhabile.
Une déception pour moi qui suis pourtant une grande fan de Stephen...


dimanche 6 mai 2018

Les loyautés ( Delphine de Vigan)

















De Delphine de Vigan, Rien ne s'oppose à la nuit m'avait tellement touchée que j'ai maintenant tendance à lire ses nouveaux livres dès qu'ils sortent...
J'ai vu, au mieux, des avis mitigés voire de sévères critiques sur celui-ci, un ressenti que je ne partage pas.
Son précédent roman, s'il a été généralement encensé, ne m'avait personnellement pas entièrement conquise tant je l'avais trouvé alambiqué à l'envi et alourdi de digressions.
Rien de tel ici, évitant toute fioriture, l'écriture est, pourrait-on dire, à l'os, dépouillée et directe... le lecteur est directement plongé dans la tête et les pensées les plus intimes de chacun des quatre personnages, dont les destins se croisent, sans enrobage, sans lien. Juste des reflexions et des émotions à l'état brut et c'est ce qui fait toute sa force, à mon sens.


mardi 1 mai 2018

Vintage (Grégoire Hervier)

















Un road- trip à la recherche d'une guitare électrique vintage et mythique.
Il y a du suspense et des meurtres, de l'humour aussi, ça bouge bien et ça change des serial killers...
Une super idée, bien menée qui plus est.
Un peu dans la même veine que Back Up de Paul Colize que j'avais adoré...
Un rock'n roll polar à découvrir, donc ! Let's go...


jeudi 26 avril 2018

En 102 après Hitler (Christian De Moliner)

















C'est le titre, me promettant une savoureuse uchronie, qui m'a interpellée et incitée à découvrir ce roman. Nous sommes donc bien en 102 après Hitler et si celui-ci est mort, le 3ème reich est toujours bien vivant, lui, et en guerre avec l'Union soviétique depuis 50 ans. Un obscur employé du ministère des Affaires Etrangères est choisi pour aller y mener, dans le plus grand secret, des négociations en vue d'un accord de paix. A partir de là, tout dérape et le pauvre héros se voit devenir, bien malgré lui, un agent double et même triple. Du coup, moi qui déteste les films ou les romans d'espionnage auxquels je ne comprends en général pas grand chose, je ne m'attendais pas à ça ! Cela dit, ça reste tout à fait compréhensible ici et si ce n'est pas la lecture du siècle, j'ai quand même passé un bon moment...


samedi 21 avril 2018

Toutes blessent la dernière tue (Karine Giebel)

















Je suis fan de Karine Giebel, pourtant ses deux derniers romans m'avaient déçue.
Avec celui-ci, je la retrouve au mieux de sa forme et de son talent.
Il m'a d'ailleurs fait penser à plusieurs reprises à Meurtres pour rédemption qui m'avait fortement marquée. Tout comme dans ce précédent récit, la violence qui se déchaine sur l'héroïne principale est inimaginable, insoutenable, et on se dit que trop c'est trop mais ça, c'est la marque de fabrique de l'auteure. Les rares moments d'accalmie qu'elle ménage ne sont souvent là que  pour insuffler une lueur d'espoir avant de mieux repartir sur un crescendo d'ignominie et on lit le tout en apnée.
Karine Giebel sonde donc une nouvelle fois l'infinie noirceur de l'âme humaine et excelle dans le même temps à créer des personnages vivants, particulièrement attachants. Là, le destin de Tama est d'autant plus poignant que l'auteure traite à travers elle d'un sujet qui lui tient visiblement particulièrement à coeur : l'esclavage moderne dans nos sociétés occidentales.
Un roman noir et social,  fort et dérangeant !


jeudi 12 avril 2018

Farallon Islands (Abby Geni)

















Personnellement, même si on me payait cher, je ne mettrai jamais un pied sur ces îles qui ont tout de l'enfer. Ca tombe bien puisque je n'aurais aucune raison d'y aller de toute façon, les Farallon étant le domaine exclusif des animaux sauvages (oiseaux marins, requins, baleines, phoques, éléphants de mers, rongeurs) et des biologistes qui les observent. C'est aussi le royaume du granit déchiqueté, de la pluie, des nuages, du froid et du vent, un environnement inhospitalier où tout est danger, décrit à la perfection par l'auteure. Quelquefois quand il y a trop de nature writing dans un roman, trop de descriptions et de digressions sur la faune et la flore, ça finit par m'ennuyer mais là, non, les îles, la mer, le climat, les animaux sont partie prenante de l'intrigue et c'est passionnant. Découvrir cet univers si particulier, tel un choc, sans rien en savoir à l'avance est encore le meilleur moyen de rentrer dans ce récit dans lequel plane une tension permanente, l'attente perpétuelle d'un drame.
C'est fort, c'est une vraie réussite...


dimanche 8 avril 2018

Les nouveaux voisins (Catherine McKenzie)

















Bienvenue à Wisteria Lane dans un nouvel épisode des Desperate Housewives. On s'y croirait...
L'auteure suit ici la même veine que Liane Moriarty avec Petites secrets et grands mensonges et Le secret du mari mais... en moins bien, je trouve. Le plus intéressant dans le roman est la peinture au vitriol de ce microcosme qu'est une rue proprette et résidentielle dans un coin des Etats Unis, avec ses habitants bien sous tous rapports en apparence, se réunissant périodiquement pour des barbecues dans leus jardins parfaitement entretenus. Mais j'ai eu une impression de déjà lu et l'intrigue qui s'y rajoute est uinutilement tarabiscotée et vraiment longuette. Ce que j'ai aimé, qui m'a fait vraiment sourire, ce sont les communiqués qu'envoie régulièrement Cindy à ses voisins, via l'association des résidents qu'elle a créée : absurde, hilarant et jouissif tant elle entend tout régenter sous couvert de bonnes intentions et d'un ton perpétuellement enjoué.


lundi 2 avril 2018

Le combat d'hiver (Jean-Claude Mourlevat)

















De Jean-Claude Mourlevat, je me souviens particulièrement de Terrienne  qui m'avait marquée et impressionnée. Avec le combat d'hiver, j'ai découvert une dystopie comme je les aime, un univers sombre et inquiétant, un peu comme dans Terrienne, en moins noir cependant.
Je l'ai lu avec plaisir donc mais pour être tout à fait franche, on sent que le livre est bien classé Jeunesse et s'adresse avant tout à un public ado, avec des protagonistes de 17/18 ans.  J'ai donc moins accroché que si les personnages avaient été adultes, avec un vécu plus conséquent et une psychologie plus complexe mais ça reste un bon moment de lecture.


jeudi 29 mars 2018

Je suis le genre de fille (Nathalie Kuperman)

















Au début les affres et les déboires de cette cinquantenaire, mère d'une ado qu'elle élève une semaine sur deux depuis qu'elle a divorcé, un peu déjantée et surtout trop gentille (le genre de fille à se laisser marcher sur les pieds) m'ont amusée. C'est vrai que chacune de nous pourra se reconnaître dans au moins l'une des situations qu'elle décrit. Au fil des chapitres, le ton se fait plus grave cependant, évoquant derrière l'auto-dérision, la solitude et la perte. Pas mal mais je me suis un peu lassée sur la fin et je ne crois pas que j'en garderai un souvenir impérissable...


mardi 27 mars 2018

Sentinelle de la pluie (tatiana de Rosnay)

















Déçue ! Voilà, c'est vraiment le mot qui me vient à l'esprit après la lecture du dernier roman de Tatiana de Rosnay dont j'apprécie pourtant généralement les écrits. Comme Elle s'appelait Sarah, marquant et riche en émotions fortes. Malheureusement, je n'ai ressenti strictement aucune émotion ici. J'ai pris acte avec indifférence des affres et tourments des différents personnages qui ne ne se sont pour moi jamais vraiment incarnés, qui ne m'ont touchée à un aucun moment, même lors de la pseudo révélation finale qui tombe plutôt à plat... Pour tout dire, ils m'ont paru assez faux, un peu plaqués même. Reste la description apocalyptique d'un Paris sous les eaux peut-être pas si loin d'une réalité possible et le contraste saisissant avec le Sud, chaud, coloré, lumineux, quand le personnage principal y retourne brièvement. Finalament, ce que j'ai préféré dans ce roman, c'est sa couverture...


mercredi 21 mars 2018

My absolute darling (Gabriel Tallent)

















Ce livre est en train de faire le buzz sur la blogosphère et il faut bien dire que pour un premier roman, il est assez époustouflant. Tout comme dans La fille du roi des marais (chroniqué ici il y a peu) la nature y tient une place prépondérante, certains passages relevant carrément du nature writing. Ce n'est pas le seul point commun avec cet autre titre, là aussi il est question d'un père pervers narcissique, maltraitant sa fille sur laquelle il a une totale emprise. Là aussi, la fille en question est partagée entre haine et amour envers ce père qui représente tout ce qu'elle sait et connaît. La dimension psychologique y est très importante, le comportement et le psychisme de Julia/Turtle/ Croquette/ petite connasse ( 4 noms pour une seule personne, selon qui la nomme) particulièrement fouillés et intéressants. C'est éprouvant à lire, à la limite du soutenable pour certaines scènes, mais ça en vaut la peine. On ne peut pas toujours lire des récits feel good bien pensants et gentillets, non ? Et c'est bien souvent la noirceur absolue et la violence qui font aussi les grands romans. Dépendance, solitude, peur  et culpabilité sont les maîtres mots qui gouvernent la vie de cette jeune fille  de quatorze ans à la personnalité inoubliable, on ne peut qu' espèrer que celui de résilience y prédomine au final. Ah oui, encore une chose, l'écriture y est singulière, particulièrement maîtrisée, surtout pour un premier écrit publié.
Bon, après ces deux livres durs et forts sur le même sujet (hasard ou pas ?) il faut absolument que je change d'ambiance pour le prochain...


dimanche 18 mars 2018

La disparue de la cabine n° 10 ( Ruth Ware)

















Un thriller qui se passe presque exclusivement dans le vase-clos d'un bateau de plaisance de luxe et qui retranscrit bien l'impression de claustrophobie que cela peut générer. Lo, l'héroïne du livre est la seule a avoir aperçu une passagère que personne d'autre n'a vue, elle a entendu un cri et un grand plouf dans la nuit et est persuadée qu'elle a été jetée par dessus-bord. D'un autre côté, Lo ne va pas très bien, mélange les antidépresseurs avec beaucoup trop d'alcool, ne dort quasiment pas... deviendrait-elle folle, a t' elle tout inventé ? Elle-même commence à douter et toute cette partie est assez longue jusqu'à ce que l'action se déclenche brutalement, rattrapant ces atermoiements. C'est un poil tiré par les cheveux quand même (ou par l'absence de cheveux devrais je dire mais seuls ce qui l'ont lu comprendront) et ce que j'en retiendrai surtout c'est cette ambiance angoissante de confinement physique conjugée à un sentiment de confusion mentale perturbant, qui font lentement monter la pression, le plus réussi dans ce roman, selon moi.


jeudi 15 mars 2018

Journal d'un proprio (Francois Amanrich)

















Bon, soyons honnêtes, vous devez bien vous douter du pourquoi de cette lecture ! :-)
Juste après la parution de mon propre livre Petites chroniques d'une chambre d'hôtes, il faut croire que le sujet et la forme sont dans l'air du temps... en plus, il est publié chez Librinova, tout comme le mien, je ne pouvais donc pas passer à côté ! Evidemment, les problématiques sont différentes des maisons d'hôtes quand on a à gérer une dizaine d'appartements locatifs. Pour en avoir eu un dans le passé, occupé par un locataire gratiné, je sais bien quel cauchemar ça peut devenir... alors une dizaine, mon dieu !!! Ce journal retrace donc avec drôlerie toutes les galères auxquelles se sont exposé son auteur et sa femme. Heureusement, tout comme pour les chambres d'hôtes, il y a aussi les locataires irréprochables. A lire si vous êtes intéressés par le sujet et si vous avez envie de découvrir entre ces lignes, le monde des travaux, les litiges et des personnalités improbables...


lundi 12 mars 2018

Encore un nouvel avis...



Un nouvel avis sur Petites chroniques d'une maison d'hôtes sur le blog Des livres et Sharon ce matin :





dimanche 11 mars 2018

La fille du roi des marais (Karen Dionne)


















#LaFilleDuRoiDesMarais #NetGalleyFrance


Merci aux éditionsJ.C Lattès qui, par l'intermédiaire de NetGalley, m'ont permis de découvrir ce titre dont j'avais très envie. Un grand merci même car j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman que j'ai dévoré à vitesse grand V, un vrai plaisir de lecture comme je n'en avais pas eu depuis un moment. 
La fille du roi des marais est un livre passionnant sur plusieurs plans. Il y est question de séquestration, de la violence et de la cruauté du ravisseur, un sujet mainte fois rebattu, maintes fois lu en ce qui me concerne et pourtant cet aspect là est ici traité de manière tout à fait originale, ne serait-ce que parce que la narratrice n'est pas la victime du kidnapping mais la fille de celle-ci. La sensation d'enfermement n'y est pas circonscrite à une cave sordide, la mère et la fille voient le jour, cette dernière a même une grande liberté de mouvement mais uniquement avec son père et dans les limites d'un marais bien caché aux yeux du monde. Un univers très particulier que l'auteure nous fait visualiser parfaitement, la nature devenant un "personnage" omniprésent, indissociable du récit. La culture indienne s'y fait la part belle mais le récit fonctionne aussi habilement en miroir avec des passages d'un conte d'Andersen que je connaissais absolument pas. La psychologie de tous les personnages principaux est extrêmement fouillée et Helena nous livre sa vision du monde et de ses parents jusqu'à l'âge de 12 ans, au moment où elle et sa mère s'enfuiront du marais (je ne spolie pas : on le sait rapidement) puis sa vision de femme adulte connaissant maintenant tous les tenants et aboutissants ce qui s'est joué dans son enfance mais dont elle n'avait alors pas conscience. Entre haine et amour puisqu'elle ne s'est construite que par rapport à cet homme, ses rapports avec son père, déjà complexes, vont encore s'exacerber quand celui-ci s'évade de prison. Elle sait qu'elle est la seule à pouvoir se mesurer à lui et le retrouver, ce qu'il cherche d'ailleurs, et la traque qui s'ensuit est haletante. La fille du roi des marais n'est peut-être pas un page-turner au sens où on l'entend généralement mais le suspense est intense. La profondeur d'analyse des thèmes abordés en font un thriller psychologique, une histoire de résilience, qu'il ne faut surtout pas laisser passer...



vendredi 9 mars 2018

Nouvel avis






mardi 6 mars 2018

Les Rêveurs (Isabelle Carré)

















Dès que l'ai vue à l'émission de La grande librairie et que je l'ai entendue parler de son livre, j'ai eu envie de le lire. Car effectivement, qui pourrait deviner derrière son éternel et lumineux sourire qui fait finalement office de bouclier,  les failles et les faiblesses laissées par une famille disons... atypique ! Vous l'imaginiez en hopital psychiatrique après une tentative de suicide, vous ? Elle qui paraît si saine, si sereine, si équilibrée. Mais comme elle le dit si bien, elle est une actrice connue que finalement l'on ne connait pas ! Comme l'on ne connait pas vraiment non plus la plupart des gens, même proches, qui ne disent et ne montrent d'eux que ce qu'ils veulent bien dévoiler...
Même si son histoire est différente de la mienne, ce roman a résonné très fort en moi à propos de différents sujets et si la narration est par moments un peu décousue, ce n'est pas vraiment gênant, elle suit le fil des souvenirs et des émotions qui reviennent à leur gré et ça ne donne que plus d'authenticité à ce récit courageux. Isabelle Carré a su me toucher. Bien évidemment, je porte maintenant sur elle un regard différent...


samedi 3 mars 2018

Nouvel avis...


Sandrine parle de mon livre sur son blog...





vendredi 2 mars 2018

L'avis d'Anne Le loup...


Un nouvel avis sur le blog Les couleurs du ciel... Ici !




Merci 😀


jeudi 1 mars 2018

Dans le journal !


TADAAA... je suis dans le journal Sud-Ouest ce matin avec tout un article sur mon livre  : Petites chroniques d'une maison d'hôtes ! :-)





mercredi 28 février 2018

Avis de "collègue"


Un nouvel avis sur ma page Facebook dédiée au livre : https://www.facebook.com/livrepetiteschroniques
Celui d'une collègue...





mardi 27 février 2018

Un nouvel avis ...



Un nouvel avis sur mon livre sur le blog d'Aifelle





dimanche 25 février 2018

L'homme craie (C.J. Tudor)

















 Une bande de gamins, dans une petite ville des Etats Unis où quelque chose ne tourne pas rond... Une série de drame qui va marquer à jamais l'été de leurs douze ans, qui les forcera à se recontacter à la quarantaine. C'est moi seulement où ça ne ne vous rappelle pas furieusement le Ca de Stephen King ? Jusqu'à la composition du clan : des garçons, l'un en surpoids, et une fille, garcon manqué mais canon, dont le père la brutalise. En prime, trois méchants, des plus grands, qui les harcèlent. Si ce n'est pas un hommage appuyé alors ça frôle dangereusement le plagiat ! Bon, après ça se lit sans déplaisir malgré cette impression de déjà vu, déjà lu. Mais la fin, assez grandiloquente, et pour tout dire peu crédible laisse sur une déception. N'est quand même pas Stephen King qui veut !  Dispensable donc...

samedi 24 février 2018

Avis !


Un nouvel avis sur le blog de Brize...




... à lire  !


jeudi 22 février 2018

Avis !


Un nouvel avis sur mon livre sur le blog de Kathel





mercredi 21 février 2018

La mise à nu (Jean-Philippe Blondel)

















Ouf, je suis soulagée et contente !
Drôle de préambule à ma petite chronique me direz-vous... mais Jean-Philippe Blondel est un auteur que j'aime beaucoup beaucoup, dont l'humanité et l'accessiblité sont évidentes, dont les écrits touchent.
Sauf que... pas la dernière fois . Et j'en avais été désolée. Non, malheureusement, son avant-dernier roman : Mariages de saison m'avait moins plu. Et je ne l'avais pas reconnu dans ce récit qui m'avait semblé manquer d'authenticité, de sensibilité. Alors que la sensibilité, c'est son talent d'écrivain particulier. Aller chercher la vérité de l'intime et des émotions, au plus profond, simplement, sans avoir l'air d'abord d'y toucher, c'est ce qu'il fait de mieux et ce qu'il réussit parfaitement une nouvelle fois cette fois-ci. Je suis entrée en résonance aves les personnages principaux qui sont pourtant deux hommes. Il est vrai que, vu mon âge et là où j'en suis dans la vie, le parcours du professeur Claret, le bilan qu'il fait de sa vie,  avaient de grandes chances de m'intéresser, de me parler. Mais le personnage d'Alexandre, bien plus loin de moi, m'a interpellée aussi. Cette superbe mise à nu est aussi un peu celle de Jean-philippe Blondel, me semble t'il , tant il paraît s'y dévoiler plus personnellement, tout en brouillant savamment les pistes puisque c'est lui sans être lui. Du grand art, pour coller au sujet. Et une couverture superbe qui rajoute au plaisir...


mardi 20 février 2018


Nouvel avis sur Petites chroniques d'une maison d'hôtes sur le blog d'Alex Mot-à-Mots...






lundi 19 février 2018


Une belle surprise sur Instagram hier soir ! 




dimanche 18 février 2018

Elia la passeuse d'âmes - Tomes 1 et 2 (Marie Vareille)





Après avoir terminé d'écrire mon livre Petites chroniques d'une maison d'hôtes, j'ai commencé à m'intéresser à plusieurs auteurs auto-édités et à ce qui tendrait à remplacer de plus en plus les blogs : les chaines de booktubeurs.C'est comme ça que je suis tombée sur Marie Vareille qui, en plus d'être pétillante, réussit l'exploit de vivre de son écriture alors qu'elle est encore toute jeune. Sur sa chaine You Tube, à la demande de ses lecteurs, elle a aussi expliqué plus en détails sa vie d'écrivain et sa manière d'écrire... de quoi donner envie d'aller voir ça de plus près.
Ses trois romans précédents étaient dans la catégorie romance ou chick-lit, un genre qui ne m'attire absolument pas. Les dystopies en revanche, ça, j'en lis beaucoup. J'avais adoré Hunger Games alors bien qu'Elia la passeuse d'âmes soit en édition jeunesse, ça ne m'a pas arrêtée. Et bien m'en a pris car j'ai beaucoup aimé. L'univers qu'elle décrit est très visuel, on se l'imagine aisément, et parfaitement plausible. Les personnages sont attachants, l'intrigue, fouillée et bien construite, tient en haleine et j'ai apprécié l'écriture, de qualité. Un très bon moment de lecture. La fin du tome 2 laissant forcément préfigurer une suite, depêchez vous de l'écrire Marie, je suivrai à nouveau Elia avec grand plaisir...


vendredi 16 février 2018

Avis !


Pensez à laisser un avis sur le site marchand sur lequel vous avez acheté mon livre Petites chroniques d'une chambres d'hôtes, ça peut donner envie à d'autres lecteurs de le découvrir à leur tour...





jeudi 15 février 2018

Couverture...


Des retours positifs sur la couverture du livre... On m'a dit que ça donnait envie !
Ceux qui sont déjà venus chez moi savent que c'est le vrai trousseau de clefs des chambres qui y figure.
Sinon, quoi de plus symbolique qu'un coeur quand on ouvre sa maison ?




mercredi 14 février 2018

Premier avis...


TROP CONTENTE !
Grand moment : le premier avis de lecteur sur Petites chroniques d'une maison d'hôtes, en dehors de ma famille.
Avis que m'a gentiment envoyé Luchon Audeladutemps (des chambres d'hôtes) par Messenger :



J'ai fini hier soir....deux belles soirées de lecture et beaucoup d'éclats de rire....et nous qui pensions être seul au monde !... Dans tout les cas, on a du avoir à peu prés les mêmes clients! merci pour ce bon moment.
Yessss

lundi 12 février 2018

Tadaaaa...


L'heure de la révélation a sonné !

J'ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon livre : 
Petites chroniques d'une maison d'hôtes.  



Et oui, je me suis enfin décidée à écrire sur mes 12 années en tant que propriétaire de chambres d'hôtes et vous invite à découvrir ce journal de bord rempli d'anecdotes cocasses...
C'est aussi l'histoire d'un changement de vie : de publicitaire à Paris à propriétaire d'une maison d'hôtes dans un petit village des Pyrénées...

Je pense que ça peut vous intéresser, vous et vos lecteurs...

Par la même occasion, je vous invite aussi à liker la toute nouvelle page Facebook que je lui ai consacrée :

https://www.facebook.com/livrepetiteschroniques/







dimanche 11 février 2018





samedi 10 février 2018





(Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire - Stéphanie Pélerin

















Si je suis à la traîne alors que toutes les copines de ma blogosphère littéraire l'ont déjà lu depuis belle lurette, c'est que le genre de ce roman n'est vraiment pas mon genre de prédilection.
Je n'ai même pas lu le fameux Journal de Bridget Jones, c'est dire...
Mais bon, par curiosité pour ce que qu'écrit Stéphie que nous sommes nombreuses à suivre, j'ai fini par me décider et c'est vrai que j'ai passé un bon moment ou, plus exactement, je ne l'ai pas vu passer... ça se lit tout seul !

vendredi 9 février 2018





jeudi 8 février 2018

Je vous réserve pour bientôt une...






mercredi 7 février 2018

L'enfant perdue (Elena Ferrante)

















Et voilà, la dernière ligne lue, il faut bien me résoudre à quitter définitivement Lila et Lénù, après tant d'intimité partagée avec elles, tant de bouleversements et tant d'années, et c'est à mon tour de me sentir un peu comme une enfant perdue. Presque orpheline de ces deux personnalités hors du commun. Les deux gamines effrontées du quartier que je jaugeais d'un regard adulte un peu amusé au début sont devenues, au fil des livres, des femmes proches de mon âge, durcies par la vie et les épreuves.
Et c'est vraiment toute une vie que j'ai eu l'impression de partager avec elles, même si ma trajectoire n'a rien à voir avec la leur, bien sûr.
Lenù devenue si proche, et Lila, toujours aussi fascinante, toujours plus insaissisable pourtant.
Elles vont me manquer et, avec elles, Naples et tous ses personnages  attachants nés sous la plume d'Elena Ferrante. Merci Madame (ou qui que vous soyiez dans la vraie vie) pour cette formidable fresque, érudite, passionnante, foisonnante, si complexe et si vivante. Vous avez su l'animer avec tant de souffle et de talent tout au long de ses quatre volumes que le souvenir va m'en rester longtemps, puissant...


mardi 30 janvier 2018

Juste après la vague (Sandrine Collette)

















Dès que sort un nouveau roman de Sandrine Collette, je me rue dessus. Elle a le don pour emporter son lecteur dans chacun de ses univers, je parle bien au pluriel car c'est chaque fois différent. Déjà, rien que pour cette faculté de se renouveler dans ses histoires et ses personnages, on peut la saluer. Son leitmotiv cependant est toujours la violence, la dureté.
Et celui-ci ne déroge pas à la règle qui voit des survivants tenter de s'en sortir en gagnant les Terres Hautes après un raz-de-marée géant. L'ennemi ici, c'est avant tout les éléments : l'eau, le ciel, le vent, les nuages qui amènent les tempêtes, la terre qui s'amenuise comme peau de chagrin. Mais le danger, permanent, comme toujours chez elle, vient aussi de là où on l'attend le moins. On retrouve pas mal de références bibliques dans ce récit comme si cette apocalypse avait été déclenchée par un dieu vengeur lassé de la méchanceté de ses créatures imparfaites, leur envoyant épreuves sur épreuves. Il y est beaucoup question d'enfants, ça tord donc particulièrement le coeur, forcément. Je tempère pourtant d'un léger bémol, il me semble que de livre en livre, Sandrine Collette en inflige de plus en plus à ses personnages, dans une surenchère qui finit par être un peu contre-productive car au bout d'un moment, trop c'est trop.
Un bon roman malgré tout,  qui tient en haleine tout en posant des questions de fond, la première étant un cauchemar absolu pour quiconque est parent...


samedi 27 janvier 2018

Une vie sans fin (Frédéric Beigbeder)

















A Beigbeder, je peux quasiment tout pardonner : son éternel masque de dandy désabusé, ses attitudes parfois limite tête à claques et, ici, quelques passages légèrement abscons où il m'a un peu perdue. Passages d'ailleurs totalement justifiés mais trop détaillés, trop documentés, trop scientifiques pour ma petite tête de littéraire. Peut- on donc lui faire le reproche d'avoir été sérieux dans ses recherches ? Et non car, comme d'habitude, tout cela est servi avec une belle érudition, un sens de l'humour et de l'autodérision que j'adore. Et comme toujours encore, Beigbeder est en phase avec son époque, voire en avance. La quête de l'immortalité est on ne peut plus d'actualité avec les avancées spectaculaires de la recherche à ce sujet. Et le transhumanisme était déjà au coeur de l'une de mes lectures récentes : L'invention des corps. Et n'allez surtout pas croire, au vu de mon introduction, que c'est rébarbatif à lire, les chapitres plus "didactiques" alternent avec des présentations du  texte beaucoup plus aérées, un brin loufoques même, sous forme de comparatifs souvent...
Une petite pour la route... avantage d'être mort : vous n'aurez plus à subir la famille à Noël, inconvénient : vous les verrez quand même à la Toussaint. C'est bête mais moi ça me fait rire.


dimanche 21 janvier 2018

Couleurs de l'incendie (Pierre Lemaitre)

















Monsieur Lemaitre, merci, vous êtes un maître...
Bon, je sais, elle est facile celle-ci mais je le pense vraiment !
Je vous aimais déjà quand vous écriviez des polars et des thrillers...
Mais là, à vous lire, je me suis crue à nouveau plongée dans un classique, quand je les dévorais à l'adolescence, et quand  je dis classique, c'est un compliment, bien évidemment. Vous en avez la belle qualité d'écriture, les personnages bien campés au coeur de leur époque, la profondeur, le souffle, le brio.Votre critique sociologique bien vue, bien menée, est en même temps pleine de rebondissements, à la façon d'un Dumas dont vous vous réclamez d'ailleurs, on ne s'ennuie jamais, en un mot c'est  passionnant ! Si le premier opus se déroulait pendant et juste après la grande guerre, nous sommes ici plongés dans les années 30, la crise économique, la montée du nazisme... en attendant le prochain volet de la trilogie qui nous mènera certainement à l'aube de la seconde guerre mondiale. J'avais déjà beaucoup aimé Au revoir là haut (Prix Goncourt, est-il besoin de le rappeler ?) Couleurs de l'incendie en est la suite logique mais, pour ceux qui se posent la question, il peut tout à fait se lire indépendamment. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire...


jeudi 18 janvier 2018






mardi 16 janvier 2018






lundi 15 janvier 2018

Disparitions en eaux turquoise (Valérie Lieko)

















La seule raison qui m'a fait lire ce livre jusqu'au bout c'est que je voulais quand même en avoir le fin mot. Mais j'ai souffert car qu'est-ce que c'est mal écrit ! Concordance des temps complètement anarchique, emploi de mots inappropriés, locutions vraiment bizarres, je me suis d'abord demandé si la faute en incombait à une mauvaise correction. Je me suis dit ensuite qu 'il y avait sûrement un problème de traduction aussi sauf que... si j'ai bien compris, l'auteure est francophone.
Rédhibitoire donc surtout que l'intrigue ne vaut pas la peine de s'infliger ça, finalement...


jeudi 11 janvier 2018

La fille qui lisait dans le métro (Christine Féret-Fleury)

















Un roman sur les livres et les passeurs de livres, quoi de plus alléchant, à priori ?
Sauf que celui-ci me laisse une impression assez étrange. Mitigée, dirais je.
C'est un peu un conte sans l'être tout à fait, on se croit au début dans une ambiance de "feelgood" mais non, en fait, ce n'est pas ça non plus.
Ce n'est pas réellement cucul et pourtant c'est un peu l'impression qu'il m'en reste... bizarre.
Allez... on va dire que j'ai aimé mais... tout juste.