mardi 27 mai 2014

La maison où je suis mort autrefois (Keigo Higashino)

















Sakaya Kurashashi, mariée et mère d'une petite fille,  recontacte son ancien petit ami, le narrateur de l'histoire, qu'elle n'a pas plus vu depuis plusieurs années pour lui faire une bien étrange demande : son père vient de mourir en lui laissant une clé et un plan et elle est persuadée qu'il disparaissait régulièrement pour aller à cet endroit. Tourmentée par le fait de n'avoir aucun souvenir d'enfance, elle lui demande de l'y accompagner pour tenter de trouver des réponses à ses questions...

Je reste volontairement évasive dans mon résumé car la 4ème de couverture, par exemple, en dit beaucoup trop et je pense qu'il vaut mieux aborder cet étrange récit en en sachant le moins possible à l'avance et se laisser imprégner petit à petit par sa curieuse atmosphère...
Cette fois-ci, c'est le billet de Sandrine, terriblement tentateur, qui a été le déclencheur de ma lecture, un exploit quand on sait que la littérature asiatique n'est à priori pas ma tasse de thé et que j'en lis assez peu souvent !
La majorité du roman se passe dans une maison complètement abandonnée, dégageant des ondes négatives fortes dans un climat vraiment anxiogène. Mais, intimement persuadée que  les clés expliquant l'absence de ses souvenirs d'enfance et son mal-être actuel se trouvent là, Sakaya veut persévérer dans sa quête. Au fur et à mesure que des faits bizarres, toutes les horloges de la maison sont arrêtées à 11h10 entre autres, et que des incohérences se dévoilent, on en apprend sur  la vie actuelle de l'héroïne mais aussi sur le passé du narrateur, jamais nommé. En recoupant tous les éléments à leur disposition : un journal intime, des objets, des lettres, quelques flashs de mémoire revenue, ils arriveront finalement à résoudre l'énigme et à reconstituer l'enfance disparue de Sakaya...
Comme le disait Sandrine, pas véritablement de suspense ici mais une tension oppressante, lentement distillée et servie par une écriture fluide mais étonnamment distanciée, presque désincarnée... qui n'est pas sans me rappeler celle de la fameuse trilogie 19Q4, une patte, une sensibilité toute japonaise, une manière spécifique d' évoquer avec beaucoup de pudeur, de façon très différente des occidentaux, des sujets graves.
Un roman singulier, dans lequel je me suis totalement immergée, à découvrir...



14 commentaires :

  1. Qu'est-ce que tu veux que je fasse après ce billet ? et celui de Sandrine .. noter bien sûr (la couverture aussi est bizarre)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah oui, qu'est-ce que tu veux faire d'autre, hein ? ;-)
      Surtout venant de moi car on ne peut pas dire que je t'inonde d'idées en littérature japonaise !!! :-)
      Oui, la couv est un peu bizarre mais elle me plaît et a également participé à mon envie de découvrir le livre...

      Supprimer
  2. Je suis drôlement fière d'avoir participé à ton plaisir de lecture ! Tu en parles très bien et j'espère que cela va donner envie à d'autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà fait : Liliba a très envie de le lire ! :-)

      Supprimer
  3. Encore un point commun entre nous, Véronique ! Moi non plus je ne suis guère friande de littérature asiatique en générale, et japonaise en particulier.
    Mais là, comme Aifelle, que faire d'autre que le noter... et résister à la terrible tentation de lire la quatrième (je ne sais pas si ça m'est déjà arrivé, d'ailleurs, de lire un livre sans avoir lu la quatrième !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un autre point commun alors : je lis toujours les 4ème de couverture ! Même si quelquefois, il ne vaudrait mieux pas en effet...et là, je ne sais pas pourquoi, je ne l'ai pas fait et je n'ai donc pas pâti de révélations anticipées !

      Supprimer
  4. Un roman que j'ai beaucoup aimé... les atmosphères à la japonaise marchent souvent avec moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais peut-être devoir revoir mes à priori car j'ai plutôt aimé ce que j'ai lu de japonais jusque là ! ;-)

      Supprimer
  5. Je lorgne cet auteur depuis un moment, je lui tourne autour sans oser me lancer...

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. AH, AH... et une lectrice tentée est une lectrice foutue ! ;-)

      Supprimer
  7. Bonjour Véronique, c'est grâce à ce roman que j'ai découvert Keigo Higashino. J'ai aimé le côté fantastique du roman. Je te conseille de lire au moins les deux romans suivants plus classiques de l'écrivain parus à Actes Noir: Le dévouement du suspect X et Un café maison: j'ai vraiment beaucoup aimé. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer

Comme sur Arrajou news , la modération est activée ... votre commentaire sera donc publié et affiché une fois que je l' aurai validé ! Pour que je puisse avoir un lien vers vous , le plus simple est de remplir le champ Nom-URL dans le menu déroulant ci-dessous AVANT de rédiger votre commentaire ... merci et à très bientôt !