jeudi 14 février 2013

Des noeuds d'acier (Sandrine Collette)















Theo Beranger, 43 ans, sort tout juste de prison. 19 mois pour avoir battu son frère, qui lui avait "volé" sa femme, au point de le rendre totalement infirme. Il croit qu'il vient de vivre l'enfer mais n'imagine pas qu'il va connaître bien pire encore ! Parti quelques jours dans une campagne désolée, pour se faire oublier, il se retrouve prisonnier de 2 vieillards dans la cave d'une maison isolée. Leur but ? En faire leur esclave ...

Pas très longtemps après le Séquestrée de Chevy Stevens, je replonge à nouveau dans une histoire d'enfermement. Et c'est encore bien plus violent que le précédent ... pas vraiment violent au sens "gore" d'ailleurs mais terrible dans le sens où l'inhumanité dont est capable l'être humain est ici poussée à son paroxysme. Car si Theo s'est fait capturer, on ne peut pas dire que c'est parce qu'il était fragile ou sans défense, non ! Il est en bonne forme physique et plutôt hyper violent, dangereux même. Il s'est simplement fait piéger et ce qu'il dévoile de son passé et de ses sentiments ne le rend d'emblée pas sympathique. L'enchaînement des évènements horribles qu'il va subir, pourtant, vont peu à peu amener le lecteur à l'empathie envers lui. Car si fort qu'il se croit, persuadé d'arriver à maîtriser bientôt les 2 vieillards, il va peu à peu se laisser humilier, casser, briser totalement par la façon dont ils le traitent. Pour eux, il n'est pas plus, et même moins, que "le chien"comme ils l'appellent, tout juste bon à travailler jusqu'à épuisement et à attraper à la volée ce que les maîtres daignent lui envoyer à manger directement sur le sol. Aucune compassion, aucun état d'âme, aucune humanité chez ces 2 vieux proches de la folie. Et c'est cette lente descente aux enfers vers la déchéance physique, l'épuisement psychologique et finalement la négation de soi-même que Théo décrit même si toujours malgré tout, un incroyable instinct de survie à la fois si fragile et si tenace, tel une petite flamme près de s'éteindre, le pousse à tenir encore et encore !
A ce moment-là, on ne peut s'empêcher de penser à la shoah, non ? En tout cas, pour moi, ça s'est imposé. Car ce que l'auteur décrit là, c'est la façon dont un être humain est capable d'en traiter un autre, sans aucun sentiment, sans aucun ressenti, juste comme un objet utile, dont on se débarrasse tout simplement quand il ne l'est plus. Et ce n'est pas de la fiction sortie du cerveau d'un auteur perturbé puisque nous savons tous QUE C'EST ARRIVE, que ça arrive encore tous les jours dans le monde. C'est tout simplement implacable, à la limite de l'insoutenable parfois mais salutaire aussi car ça nous rappelle de quoi chacun pourrait être capable, peut-être...`
Chapeau à Sandrine Collette pour avoir allié sans avoir l'air d'y toucher un thriller haletant, lu en apnée, à une réflexion sur la façon de considérer "l'autre" qu'il soit un parfait étranger ou un membre de sa propre famille et les conséquences que cela implique.
Un premier roman très très dur mais passionnant, servi par une écriture sans affect ni affectation, qui va à l'essentiel du propos...



10 commentaires :

  1. Ca a l'air effrayant !! Pas certaine de supporter autant de dureté à la lecture.
    Mais c'est vrai, tu as raison, "ça arrive" même si je n'ai pas toujours personnellement envie de le savoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effrayant et oui ... c'est assez dur à lire mais sans effets inutiles pour en rajouter et ... pas pire que la réalité certaines fois !!!

      Supprimer
  2. Brrr... il faut être en bonne forme pour lire çà je pense... parce que oui tu as raison, les romanciers n'inventent rien en fait , l'inimaginable est déjà arrivé dans la réalité et parfois c'est très dur de se confronter à la réalité...bises

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas pourquoi, cette histoire ne me tente pas trop... Bah, tant mieux, j'ai déjà tant à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est si particulier qu'il ne faut surtout pas se forcer ...

      Supprimer
  4. Tu enchaîne les séquestrations ? N'oublie pas d'aller t'aérer aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Pas mal de lectures en cours...mais celui-ci me tente bien, je le note !

    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et bienvenue Vonnette,
      En faisant un tour rapide sur votre blog, j'ai vu que vous aimiez les polars et les romans noirs, alors question noirceur et suspense celui-ci devrait vous combler ! ;-)

      Supprimer

Comme sur Arrajou news , la modération est activée ... votre commentaire sera donc publié et affiché une fois que je l' aurai validé ! Pour que je puisse avoir un lien vers vous , le plus simple est de remplir le champ Nom-URL dans le menu déroulant ci-dessous AVANT de rédiger votre commentaire ... merci et à très bientôt !